Gouvernance du MPP en deux ans : « On constate que tout est en train de devenir pire qu’avant », Me Guy Hervé KAM

Le Mouvement Balai citoyen a tenu un point de presse le jeudi 18 janvier 2018 à Ouagadougou. Objectif : Donner sa lecture sur gouvernance actuelle du régime Kaboré. Sur cette gestion, les conférenciers disent avoir constaté que le « plus rien ne sera comme avant » se dilue dans l’incapacité des hommes forts du moment à apporter de solutions idoines au marasme économique et à la fronde sociale qui paralyse le développement du pays. « Tout est en train d’être pire qu’avant », a dit Me Guy Hervé KAM, Porte-parole du Balai Citoyen. Il souhaite que les gouvernants actuels réorientent leurs actions pour le bonheur des populations en répondant favorablement à leurs aspirations.

Me Guy Hervé KAM et ses camarades ont abordé plusieurs points qui ont marqué l’actualité nationale ces derniers temps. Après avoir passé au peigne fin toutes ces questions sur le plan social, économique et politique, les conférenciers ont conclu que la barque Burkina Faso est en train de s’enfoncer. Ils appellent le président du Faso et son Gouvernement à un sursaut patriotique pour redresser la barque avant qu’il ne soit trop tard.

Ainsi, sur la question de la gouvernance sociale, le Balai Citoyen estime qu’après les espoirs suscités par l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et les élections démocratiques de novembre 2015 qui ont suivi, notre pays est marqué par une grave crise de la gouvernance au plan social. « La crise actuelle qui met à mal notre système éducatif est révélatrice de la qualité de la gouvernance actuelle de notre pays », déduit Serge BAMBARA alias Smokey, membre du Balai Citoyen. A l’entendre, le système éducatif burkinabè « se meurt » jour après jour alors que, selon lui, les gouvernants actuels étaient les mieux placés que quiconque pour offrir un mieux vivre quotidien aux Burkinabè en général et aux travailleurs en particulier, car connaissant depuis plus de trois décennies les différentes difficultés auxquelles toutes les populations font face. Malgré ces faits, « jusque-là, ils (les gouvernants actuels) se montrent incapables d’anticiper les crises, de s’inscrire dans la rupture et de proposer des solutions innovantes aux préoccupations légitimes des travailleurs de notre pays », a déploré Smokey.

Me Guy Hervé KAM, porte-parole du Balai citoyen

Les conférenciers disent avoir remarqué que le MPP (parti au pouvoir) et ses alliés exercent le « pouvoir sans vision, ni autorité affirmée de l’Etat, ni courage politique, de nature à inspirer les partenaires sociaux à circonscrire les légitimes revendications dans des proportions plus réalistes ». Pour cette organisation de la société civile, la route du développement d’un pays passe par le développement de l’éducation. Pour ce faire, le Balai citoyen estime qu’il serait difficile pour un pays comme le nôtre d’envisager la construction de l’avenir si l’éducation dans toutes ses composantes est « abandonnée à elle-même ». Pour cela, Smokey et ses camarades pensent que l’urgence aujourd’hui pour nos gouvernants, c’est d’ « éviter d’ajouter du mal au mal en faisant tout ce qui est possible pour sauver l’année scolaire ».

Sur la question de la gouvernance sécuritaire, les conférenciers ont appelé le gouvernement à doter les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) des moyens humains et matériels adaptés à la lutte contre le terrorisme et à créer un climat de confiance entre les FDS et les populations  des zones concernés par les attaques terroristes.

Sur la gouvernance judicaire, le Balai Citoyen invite le gouvernement à faire de 2018, l’année de lutte contre la fraude et la corruption. A ce titre, soutient Smokey, tous les dossiers de corruption pendants devant les juridictions devront être jugés cette année et tous les cas de dénonciation devront faire l’objet d’une enquête sérieuse.  Les conférenciers ont aussi exhorté les acteurs judiciaires et le gouvernement à mettre tout en œuvre pour donner une suite judiciaire au dossier du putsch de septembre 2015, et de bien d’autres dossiers classés depuis plusieurs années dans les tiroirs de la justice.

Serge BAMBARA alias Smokey

L’affaire dite du colonel Auguste Denise Barry, arrêté et inculpé pour « complot et incitation à la commission d’acte contraire à la discipline et au devoir », n’est pas passée inaperçue par le Balai Citoyen qui exige, de ce fait, « toute la lumière » parce que « le peuple burkinabè a droit à l’information judicaire ». Me Guy Hervé Kam, porte-parole du mouvement, a fait savoir qu’il appartient à la justice de communiquer sur ce dossier comme sur les autres dossiers jugés sensibles pour mieux situer les populations.

De la gouvernance économique, les conférenciers ont signifié qu’ « aucun indice ne montre un engagement franc à combattre la corruption qui continue à gangréner la gouvernance dans ce domaine ». Ainsi, ils exigent du Gouvernement, la transparence la plus totale sur les contrats des Partenariat Public-Privé (PPP) conclus dans le cadre de la loi portant allègement des procédures de 2017.

Alida Dorcas TOURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *