Grève des chauffeurs : pas d’amalgame selon des transporteurs

Un collectif de syndicats, d’associations et de groupements de transporteurs routiers a rencontré la presse ce mercredi 03 avril 2019 à Ouagadougou pour apporter des précisions et des éclaircissements sur l’annonce de la grève illimitée à laquelle devraient prendre part des chauffeurs burkinabè. Annoncée sur les réseaux sociaux et relayée par certains médias le 02 avril dernier, la nouvelle a ravivé des souvenirs amers dans les cœurs des burkinabè. Les transporteurs invitent les uns et les autres à ne pas faire d’amalgame.


Des transporteurs ont affirmé n’être pas impliqué ni de près, ni de loin à l’annonce de la grève illimitée des chauffeurs routiers dont la nouvelle a suscité de vives réactions et une vague d’inquiétude sur la toile et dans les médias. Les conférenciers ont invité les uns et les autres à ne pas faire d’amalgame sur les termes car, un transporteur est différent d’un chauffeur. Le premier est propriétaire de camions, le second les conduit. Ce sont donc des chauffeurs qui partent en grève et non les transporteurs. Pour Honoré Yonli, secrétaire général de l’OTRAF, cette annonce est l’œuvre d’individus mal intentionnés que l’Etat devrait mettre hors d’état de nuire.

Lors des concertations avec le gouvernement sur la grève des transporteurs en 2018 qui avait plongé le pays dans une pénurie de carburant, le gouvernement avait obtenu des transporteurs qu’ils s’organisassent autour d’une faîtière unique des transporteurs. Les concertations sur la question se poursuivent et le nom qui ressort pour présider ladite faîtière ne fait pas l’unanimité au sein des différents groupes. Ceux qui sont à l’origine de cette grève illimitée seraient des gens hostiles à la présidence d’Issoufou Maïga. Les conférenciers par contre ont estimé qu’il est l’homme de la situation.

Ahmed CISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *