Grève des enseignants : Des craies et des stylos rouges pour faire plier le gouvernement

La Coordination nationale des syndicats de l’éducation a initié une marche en direction du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation devant lequel des enseignants ont déposé des stylos rouges et des craies. Ils veulent manifester leur mécontentement face à la non prise en compte de leurs préoccupations.

Les enseignants sont décidés à se faire entendre. Depuis le lundi 27 novembre 2017, ils ont déserté les classes pour protester contre leurs mauvaises conditions de vie et de travail. C’est dans cette logique qu’ils ont marché de la Bourse du travail ce mercredi 29 novembre 2017 pour se rendre au ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation. Ils ont lancé un signal fort aux autorités à travers cette manifestation en déposant des stylos rouges et des craies devant leur ministère de tutelle. « C’est le symbole de notre mécontentement vis-à-vis du gouvernement qui depuis un bon bout de temps a reçu notre plateforme mais n’est pas à même de nous proposer des solutions concrètes » a soutenu le coordonnateur national des syndicats de l’éducation Windyam Zongo. Il justifie donc l’initiative de la marche par la volonté d’exiger auprès du gouvernement la satisfaction totale de la plateforme minimale qui est composée de quatre points selon ses explications. Il s’agit de l’adoption d’un statut valorisant les personnes de l’éducation ; l’amélioration de l’accès à l’éducation ; l’amélioration des conditions de travail ; enfin la revalorisation de la fonction enseignante a indiqué le coordonnateur national.

Il faut rappeler que le 14 novembre 2017, le chef du gouvernement a reçu en audience ladite coordination. A la sortie des échanges, les différentes parties se sont convenues de la mise en place dès le lendemain déjà, d’un comité technique de réflexion qui aura pour mission de se pencher sérieusement sur les préoccupations des enseignants. Si ledit comité a été mis en en place selon la confirmation donnée par Windyam Zongo, il regrette qu’au jour d’aujourd’hui, il n’a pas réussi à présenter à la coordination, un travail bien fait, une proposition concrète. « Nous sommes dans notre plein droit de marcher aujourd’hui, de poursuivre la lutte parce que les autorités ne semblent pas prendre au sérieux nos revendications » a soutenu le coordonnateur. Si le gouvernement fait fi des revendications des enseignants, ces derniers sont aussi décidés à lutter afin d’avoir gain de cause ; en témoigne les propos de leur premier responsable : « nous sommes déterminés à atteindre notre objectif. Il n’y a pas de recule possible ». Il s’est réjoui de la mobilisation qu’il estime être une réussite et qui démontre la détermination des enseignants selon ses explications. Pour sa part, il a invité ses collègues à rester mobiliser vaille que vaille.
Il faut rappeler que la grève qu’observent les syndicats des enseignants regroupés en coordination a débuté le 27 pour finir aujourd’hui 30 novembre 2017. Le préavis a été déposé le 10 novembre 2017 a rappelé le coordonnateur national des syndicats de l’éducation Windyam Zongo.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *