Justice communautaire : la Cour de justice de l’UEMOA forme des acteurs de la justice sur les textes de l’Union

La Cour de justice de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) organise du 6 au 9 novembre 2018 à Ouagadougou un séminaire de formation et de vulgarisation du droit communautaire. Des acteurs de la justice sont en séance de travail en vue de renforcer leurs capacités sur la maîtrise des textes de l’Union.

Madame la présidente de la Cour de justice Joséphine Suzanne Ebah Touré a exprimé l’honneur que représente pour elle d’organiser ce séminaire à l’attention des acteurs de la justice. Quatre jours durant, les hommes de droit seront en séance de formation et de vulgarisation du droit communautaire. Il faut préciser que ces séances de formations se sont tenues dans tous les pays membre de l’Union. L’objectif que vise cette activité est de permettre aux magistrats et avocats de se familiariser avec les textes de l’Union. Pour le bâtonnier de l’ordre des avocats du Burkina Faso Me Marcellin Paulin Salembéré, «ce séminaire vient à point nommé renforcer les capacités des avocats». Il est vrai dit- il que la Cour de justice de l’UEMOA existe depuis un bout de temps mais, il n’est pas certain que les acteurs de la justice maîtrisent tous ses contours. Il est essentiel pour nous de connaître d’abord la Cour, ce qu’elle fait, comment et quand faut-il la saisir, poursuit- il.

Le présidium

«Ce séminaire prend en compte un certain nombre de besoins de l’ensemble des acteurs de la justice qui sont en contact avec le droit communautaire», pense Monsieur Théophile Sawadogo, représentant du Ministre de la justice et des Droits Humains, Garde des Sceaux.

A l’issu de la cérémonie d’ouverture, le Ministre par la voix de son représentant a tenu à remercier les organisateurs et à témoigner toute sa reconnaissance à l’UEMOA pour le travail de vulgarisation du droit communautaire entreprit par celle-ci. Théophile Sawadogo a tenu par ailleurs à préciser que cette activité permettra aux acteurs nationaux d’harmoniser leurs points de vue par rapport à la gestion des conflits mais également de revoir les relations entre les systèmes judiciaires nationaux et la Cour de justice de l’UEMOA.

Une vue des participants

«Il sera fait au cours de cette cérémonie trois communications», précise madame la présidente Joséphine Suzanne Ebah Touré.

Une première communication consistera à présenter aux participants toutes les institutions de l’Union. La seconde communication portera sur la présentation de la Cour de justice elle-même, sur ses compétences, ses attributions et les personnes qui la composent. La dernière communication portera sur le juge national. Il s’agira, précise la présidente, de voir comment le juge national est appelé à appliquer le droit communautaire. Eu égard au fait que la justice ne peut se faire sans les avocats, Joséphine Suzanne Ebah Touré a salué la présence de ceux – ci avant de conclure en affirmant que «les avocats et les magistrats sont des collaborateurs intangibles et nécessairement ensemble». Le bâtonnier quant à lui pense que les participants étant pour la plupart de jeunes avocats qui sont au début de la profession, il est important qu’ils aient une base pour l’application du droit communautaire. Les travaux se poursuivront durant quatre jours et les organisateurs entendent participer activement à la promotion des textes de l’Union conformément aux engagements pris au cours de la rentrée judiciaire de cette même cour de justice tenue le 18 octobre dernier.

Nourdine CONSEIBO

nconseibo@gmail.com

Stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *