Préparation du 6ième congrès de l’AMBF : la question des parcelles ne sera pas à l’ordre du jour

 

C’est dans l’optique de mieux préparer le 6ième congrès de l’Association des Municipalités du Burkina-Faso (AMBF) et de porter à la connaissance du public que cette association reprend de service que le maire de Ouagadougou, Monsieur Armand Béouindé, président du comité d’organisation a tenu un point de presse ce mardi 17 août 2016 à Ouagadougou.

Créer le 02 décembre 1995 par la volonté des communes et sous le leadership de Simon Compaoré, maire émérite de la ville de Ouagadougou, l’AMBF se réuni deux fois par mandat : une fois en début du mandat pour l’élection du bureau national et une fois en mi-mandat. Le 6ième congrès statutaire de cette association se tiendra du 19 au 20 août prochain à Ouagadougou. Premier congrès de ce mandat, ce sera l’occasion pour les maires du Burkina de mettre en place un nouveau bureau de l’association et de relire les textes fondamentaux afin de les réadapter aux besoins du moment. Cette assemblée générale permettra à l’exécutif sortant de faire son rapport moral et financier de l’exécutif sortant qui était un exécutif de transition ; et les congressistes d’échanger avec les différents partenaires des communes et de s’entretenir avec le Premier ministre sur le nouveau référentiel de développement qu’est le Plan national de développement économique et social (PNDES). La question des parcelles ne sera pas à l’ordre du jour, vu qu’elle fait présentement l’objet d’une enquête parlementaire a affirmé le maire de la commune de Ouagadougou Armand Béouindé. Ce sera donc seulement à l’issu de cette enquête et au regard de ses conclusions que l’on saura si les maires seront toujours retenus comme acteurs principaux dans la gestion des parcelles. Avec un budget prévisionnel de 26 millions de francs CFA, le 6ième congrès aura pour thème : « rôle et place des communes dans la mise en œuvre du PNDES ». Il ne comptera, comme ses textes le prévoient, que les maires régulièrement élus et dotés d’exécutif régulièrement élu. Les autres pourront après leurs régularisations s’y imprégner sur la base des dossiers de conclusions. Pour le président du comité d’organisation Armand Béouindé, la visibilité et les méthodes de l’AMBF vont changer à l’issu de ce congrès en vu de répondre aux nouvelles orientations du moment dû aux besoins sociopolitiques des populations. Lors de ce congrès, un accent particulier sera mis sur l’appropriation du nouveau référentiel de développement PNDES par les élus locaux afin de lui assurer une mise en œuvre concrète et optimale pour pouvoir atteindre ses objectifs. Cela, au regard du fait que l’ancien référentiel la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD) n’a pas pu atteindre les objectifs escomptés. Pour lui, la gestion d’une mairie doit aller au delà des partis politiques, des contestations d’élection, des appartenances religieuses et autres. En rappel, durant toutes ces périodes de transition où il n’y a pas eu de maires régulièrement élus, mais des délégations spéciales, l’AMBF était restée en veille. Les votes municipaux se sont soldés dans plus de 98% des cas par des exécutifs locaux légitimes. De ce fait, il est normal que l’AMBF, structure importante dans la bonne gestion des mairies reprenne de service.

Fatimata DEMBEGA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *