Semances améliorées : un moyen de bâtir une agriculture résiliente, durable et prospère selon Salifou Ouédraogo

L’Union Nationale des Producteurs Semenciers du Burkina (UNPSB) a organisé en collaboration avec la coopération allemande du 16 au 18 mai 2019 à Ouagadougou la première édition des Journées Promotionnelles des Semences Agricoles Améliorées Certifiées (J-PROSAC). Dans un contexte climatique difficile, le Ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-Agricoles Salifou Ouédraogo président de cette cérémonie a accueilli l’initiative comme un moyen d’accroître la production agricole au Burkina Faso.

«Le secteur semencier est l’un des maillons importants sur lequel s’appuient les actions de développement de la production agricole», introduira le président du comité d’organisation des J-PROSAC par ailleurs président de l’UNPSB Inoussa Ouédraogo.

Président de l’UNPSB Inoussa Ouédraogo

Placée sous le thème : «Stratégie et rôles des acteurs semenciers pour la promotion et l’utilisation efficiente des semences en vue d’une sécurité alimentaire au Burkina Faso », l’ensemble des acteurs et des décideurs politiques présents à cette première édition ont salué la pertinence et la cohérence d’un thème en rapport avec le contexte climatique du pays des hommes intègres.
Les J-PROSAC visent l’objectif de promouvoir les semences améliorées en vue d’accroître la production agricole au Burkina Faso. Il vise entre autres objectifs de conquérir le marché international et de mettre en valeur les résultats auxquels aboutissent les chercheurs burkinabè.


Bala Alassane Sakandé, patron de la cérémonie a estimé que malgré les innombrables potentialités dont regorge le Burkina, avec plus 9 millions d’hectares de terre arable et environ 1200 plans d’eau, l’agriculture de ce pays reste à la traine avec un important déficit de production. Dans un tel contexte, le Président de l’Assemblée Nationale a estimé que les semences améliorées sont un moyen d’accroissement de la production agricole.

Quant au ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat Harouna Kaboré parrain de la cérémonie, l’apport des semences améliorées dans la production agricole n’est plus à démontrer. C’est pourquoi il entend soutenir l’UNPSB à vulgariser davantage les semences améliorées et surtout à conquérir le marché international.

Une vue des participants

Le représentant de la coopération allemande entend pour ce qui le concerne d’accompagner l’UNPSB et le MAAH afin que les entreprises semencières du Burkina Faso accèdent au marché international.

On a pu constater dans cette foire d’exposition plusieurs variétés de produits. Du niebé, du maïs, du sorgho,…toute une gamme varié de produits développés par les chercheurs burkinabè. Ce sont des semences à courte durée de production qui sont adaptées au climat sahélien. Ce qui à faite dire le ministre Salifou Ouédraogo que les «semences améliorées sont un moyen de bâtir une agriculture résiliente, durable et prospère». Convaincu qu’elle peuvent contribuées à accroître la production agricole au Burkina Faso, il dira que «la chaîne des valeurs des semences contribuera à promouvoir l’entrepreneuriat agricole et l’autonomisation des femmes et des jeunes».

    Divers variétés de céréales

Inoussa Ouédraogo conclura pour sa part que malgré la place de choix qu’occupe le secteurs semencier au Burkina, beaucoup de contraintes limitent les résultats attendus». Il pense pour ce faire que l’élaboration d’une stratégie d’accompagnement des producteurs et l’amélioration de la communication entre les acteurs du domaine permettront d’améliorer la contribution de l’agriculture à l’économie du pays.

Ahmed CISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *